Le pissenlit aide à lutter contre les protéines SPIKE

Maintenant que la plupart des forêts d’épicéas ont été “récoltées” et que même leurs huiles essentielles sont épuisées, voici mon prochain “coup” sur la nature :

Des chercheurs de l’université de Fribourg ont découvert que le pissenlit probablement commun (Taraxacum officinale) bloque efficacement l’interaction entre le récepteur de surface cellulaire ACE2 et la protéine de pointe D614 du SRAS-CoV-2 et certains mutants.

Les protéines de pointe du SRAS-CoV-2 peuvent être arrêtées par une “mauvaise herbe” commune qui est éradiquée des pelouses chaque année. Une étude universitaire allemande a révélé que le pissenlit (Taraxacum officinale) peut bloquer la liaison des protéines de pointe aux récepteurs de surface cellulaire ACE2 dans les cellules pulmonaires et rénales humaines. L’extrait aqueux de pissenlit, obtenu à partir des feuilles séchées de la plante, s’est avéré efficace contre la protéine de pointe D614 et diverses souches mutantes, notamment D614G, N501Y, K417N et E484K.

Conclusion : le choix dans la nature passe au tour suivant !

Source : MedicineNews

Médecine traditionnelle chinoise MTC contre Covid

Les remèdes contre le SRAS-CoV-2 ont déjà été conçus par Dieu, préparés par des processus évolutifs et synthétisés par la nature. En Chine, plus de 85 % des patients atteints du Covid 19 sont traités avec succès grâce à des plantes médicinales qui ont été largement étudiées dans le domaine de la médecine traditionnelle chinoise (MTC).

Pendant l’épidémie de SRAS en 2003, la Commission nationale de la santé de la République populaire de Chine a étudié des centaines d’herbes médicinales et leurs principaux composants. Ces médicaments traditionnels ont également été utilisés dans les directives de traitement Covid 19 pour les patients hospitalisés.

Le 17 février, les autorités sanitaires chinoises ont indiqué que les 60 107 cas de Covid-19 avaient été traités avec succès par la MTC. À l’époque, la nation utilisait exclusivement la MTC pour traiter la grande majorité des cas de covidie. La médecine traditionnelle chinoise utilise des milliers de composés moléculaires synthétisés, dérivés de diverses herbes, racines, écorces, graines, baies, fleurs et autres composants végétaux. Nombre de ces composés phytochimiques ont des effets anti-inflammatoires sur les cellules humaines et permettent au système immunitaire inné de surveiller étroitement les agents pathogènes et d’y répondre efficacement.

Plus de 16 500 plantes ont été étudiées pour mettre au point un protocole de traitement efficace contre le Covid-19.

Les scientifiques chinois ont testé 16 500 composés végétaux et mesuré leurs effets inhibiteurs individuels et synergiques contre trois protéines virales, la protéase 3-chymotypsine, la protéase de type papaïne et la polymérase ARN-dépendante. Les composés végétaux ont montré des effets antiviraux et immunomodulateurs considérables contre ces protéines et enzymes virales. Certaines plantes sont capables de moduler la tempête de cytokines observée dans les cas graves de covidie.

Des chercheurs médicaux ont effectué une analyse pharmacologique de milliers de composés isolés de chaque plante médicinale et ont découvert des effets synergiques pour une combinaison de ces substances phytochimiques. Les plantes présentant la combinaison la plus puissante de composés végétaux secondaires anti-inflammatoires, antiviraux et immunomodulateurs ont été identifiées et évaluées pour leur rôle thérapeutique dans le blocage de la fixation virale et l’atténuation de la réplication du SRAS-CoV-2.

Les composés végétaux ont été étudiés dans quatre domaines critiques :

1. inhiber la liaison virus-récepteur cellulaire ou supprimer l’auto-assemblage du virus

2. stimuler l’immunité de l’hôte par la production de facteurs de virulence

3. bloquer l’entrée du virus dans les cellules hôtes en agissant sur les enzymes de l’hôte ou sur le récepteur d’entrée cellulaire.

4. empêcher la synthèse et la réplication de l’ARN du SRAS-CoV-2 en agissant sur les protéines et les enzymes vitales.

L’étude s’est fortement concentrée sur les plantes qui contribuent à atténuer les réponses hyperinflammatoires pendant l’infection par le covid-19. Les patients les plus à risque produisent un nombre incontrôlé de cytokines, ce qui entraîne une “tempête de cytokines” de complications. L’orage de cytokines est une réponse inflammatoire systémique incontrôlée et mortelle. Les plantes médicinales ayant les propriétés les plus anti-inflammatoires atténuent la tempête de cytokines et sauvent des vies.

Plantes de tête et substances végétales secondaires pour le traitement du Covid-19

Les trois plantes les plus efficaces pour traiter le covid-19 sont la racine de réglisse(Glycyrrhiza glabra), la racine de chicorée (Cichorium intybus) et les fleurs d’hibiscus (Hibiscus sabdariffa). La racine de réglisse a une histoire d’efficacité contre plusieurs virus. Dans des essais contrôlés randomisés, la racine de réglisse a également montré à la fois une réduction de la mortalité chez les patients atteints de covidie 19 et une activité antivirale à large spectre contre divers agents pathogènes.

Les composés individuels présentant la plus grande activité anti-inflammatoire comprenaient la quercétine, l’acide ursolique, le kaempférol, l’isorhamnetine, la lutéoline, la glycérrhizine et l’apigénine.

D’autres plantes antivirales puissantes comprennent la feuille d’olivier (Olea europaea), la ballote blanche (Marrubium vulgare), le cumin noir (Nigella sativa), le cresson de jardin (Lepidium sativum), l’armoise de Judée (Artemisia Judaica), la goyave (Psidium guajava), le chrysanthème (Glebionis .) coronaria) et la fleur de Maryam (Anastatica). Ces plantes contiennent tous les bons composés qui visent les trois cibles antivirales.

Les plantes qui étaient efficaces contre deux des enzymes virales comprenaient : le saule chevelu (Epilobium hirsutum), le pois chiche (Cicer arietinum) et la cantharide (Centaurea incana). Les plantes qui se sont révélées efficaces contre deux des protéines virales sont la roselle (Hibiscus sabdariffa), la camomille allemande (Matricaria chamomilla), le céleri (Apium graveolens) et la luzerne (Medicago sativa).

Source : NaturalNews

Retour haut de page