La Bolivie autorise le dioxyde de chlore comme remède contre le Covid-19 !

Hier, une nouvelle sensationnelle a été annoncée : la Bolivie est devenue le premier pays à approuver le principe actif dioxyde de chlore comme traitement pour le Covid-19. Aujourd’hui, le 23 juillet 2020, RTL l’a confirmé par l’annonce suivante.

Lien avec la vidéo Archive

Après les rapports prometteurs du Andreas Kalcker cité à plusieurs reprises
Étude bolivienne.
ce ne serait également qu’une étape logique. Si d’autres médicaments pharmaceutiques nouvellement développés ou réutilisés en crise obtiennent soudainement turbo approbation en quelques semaines même dans ce pays, alors le principe actif dioxyde de chlore a droit à la même chose. Ici, yes il y a un taux de guérison de presque 100% sans effets secondaires significatifs chez les patients atteints de Covid-19.

En passant, RTL confirme que le président américain Donald J. Trump avait bien parlé de dioxyde de chlore dans une conférence de presse lorsqu’il parlait de l’eau de Javel. Il est tout à fait normal que RTL ne soit pas officiellement enregistré et
rapport d’étude sur la réussite de presque 100 %.
mentions.

Le dioxyde de chlore, une tournée réussie

ExtremNews.com a initialement publié le 22 juillet 2020 : “Bolivie : le dioxyde de chlore en tournée réussie”. Il déclare : “En mai de cette année, le terrain a été préparé pour l’utilisation du dioxyde de chlore pour le traitement du COVID 19 en Bolivie. Après l’adoption du projet de loi la semaine dernière, le Sénat a déclaré que la norme pour la production et l’utilisation correcte de la solution de dioxyde de chlore pour la prévention et le traitement du Covid-19 a été approuvée…..”.

Le législateur a également précisé que cette loi précise que l’utilisation du dioxyde de chlore pour traiter Covid-19 est volontaire et non obligatoire…”

Lien Archive

Il poursuit en disant : “En Afrique, de tels efforts sont en cours, et en Turquie, le dioxyde de chlore est utilisé depuis un certain temps contre toutes sortes d’infections. De plus en plus d’États durement touchés par COVID-19 s’intéressent à cette thérapie….”.

Retour haut de page