4.1 Accusation : "Le MMS est un agent de blanchiment toxique au chlore".

Si l’on cherche le terme “chlorine bleach” dans Wikipedia, on est conduit de façon intéressante directement au chlore pur et non pas à l’entrée sur le dioxyde de chlore et également pas à la matière première du MMS, le chlorite de sodium. Mais de telles subtilités, le profane ne peut les distinguer !

Définition : L’eau de Javel, également appelée lessive de blanchiment au chlore ou lessive de Javell, est produite selon l’Université de Hambourg en ajoutant du chlore (élémentaire, c’est-à-dire pur) à une solution diluée d’hydroxyde de sodium.

Cependant, les protocoles d’application du MMS n’utilisent absolument pas d’eau de javel ! Ni la matière première, le chlorite de sodium, ni la substance active du MMS, le dioxyde de chlore, ne sont par définition des agents de blanchiment au chlore ! En outre, la solution de chlorite de sodium n’est pas prise seule, mais seulement après que le dioxyde de chlore ait été formé par activation avec un acide. Le dioxyde de chlore, en revanche, est utilisé depuis plus de 100 ans pour stériliser l’eau potable, notre principale denrée alimentaire, et les fruits et légumes, mais aussi la viande et le poisson, sont stérilisés avec lui depuis des années et se conservent plus longtemps (États-Unis). Il n’est pas nécessaire de filtrer ou de laver les aliments. Dans les usines de transformation des produits laitiers, de la bière et du vin, par exemple, les tuyaux entre les différents lots de production sont stérilisés et nettoyés. Elle ne nuit donc pas à notre alimentation ni aux personnes et aux animaux qui la consomment. La non-toxicité de l’ingestion orale de solutions de dioxyde de chlore a été suffisamment démontrée par des études internationalement reconnues de l’OMS et de l’EPA (voir ci-dessous). Paracelsus a déjà déclaré que la dose fait le “poison”. Une comparaison de la toxicité montre clairement que le dioxyde de chlore est en fait beaucoup moins “toxique” que la nicotine, le café et l’aspirine.

Les faits :

– Uni Hambourg Définition de l’eau de Javel

– Entrée Wikipédia sur le dioxyde de chlore

– Entrée Wikipédia sur le chlorite de sodium

– Entrée Wikipedia sur le chlore

– Toxicité du dioxyde de chlore

Entrée Wikipédia sur le dioxyde de chlore

Les organismes supérieurs sont relativement insensibles à l’ingestion de dioxyde de chlore.Par exemple, dans une étude humaine, une seule ingestion de 24 mg de dioxyde de chlore dans un litre ou de 2,5 mg de chlorite dans 500 ml d’eau n’a entraîné aucun changement négatif chez dix hommes en bonne santé. Cela représente un facteur de dix ou cent supérieur aux valeurs maximales de 0,2 mg par litre d’eau potable pour le traitement de l’eau en Allemagne”.

Les faits :

– Entrée Wikipédia sur le dioxyde de chlore

Étude de l’OMS sur l’absorption orale de dioxyde de chlore

Il existe une étude de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) de 1982/1984 sur la prise orale d’une solution aqueuse de dioxyde de chlore sur 10 hommes avec différents protocoles de prise et doses pendant 12 semaines, soit trois fois plus longtemps que le protocole MMS-1000 de Jim Humble. La pression artérielle, la fréquence respiratoire, le pouls, la température buccale et l’ECG ont été réalisés, ainsi que des analyses approfondies de sang et d’urine.

Resultat: Aucun effet secondaire significatif n’a été mesuré !

Les faits :

– Étude de l’OMS sur l’absorption orale de dioxyde de chlore

Études de l’EPA sur l’absorption orale de dioxyde de chlore

L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a également commandé un grand nombre d’études sur les humains et les animaux concernant les conséquences de l’ingestion orale de solutions aqueuses de dioxyde de chlore ou les a résumées dans la littérature.

Résultat : même la concentration cent fois plus élevée de ClO2, telle qu’elle est légalement autorisée dans notre eau potable, ne présente aucun effet négatif sur les humains et les animaux.

Les faits :

– Études de l’EPA sur l’absorption orale de dioxyde de chlore

Conclusion : Qui qualifie encore le MMS, le chlorite de sodium ou le dioxyde de chlore de “chlore toxique” en tant que protecteur supposé de la population ou journaliste critique, ment délibérément et ignore les études internationales disponibles sur la non-toxicité du dioxyde de chlore par ingestion orale ! Ni le MMS, ni la matière première, le chlorite de sodium, ni la substance active, le dioxyde de chlore, ne sont des agents de blanchiment au chlore ! Avec cette confusion perfide et délibérée, on voudrait tenter les nouveaux venus et les profanes de se traiter eux-mêmes avec le dangereux agent de blanchiment au chlore au lieu du dioxyde de chlore non toxique, pour ensuite rejeter la responsabilité des dommages qui en résultent sur la communauté des MMS ! Cela répond à l’infraction pénale de tentative délibérée d’atteinte à l’intégrité corporelle !

Retour haut de page