1.10 FAQ sur les MMS - Questions et réponses

Question : Quelle est la durée de conservation de la solution de dioxyde de chlore et comment puis-je la connaître ?

Le dioxyde de chlore est dissous dans l’eau sous forme de gaz brun-jaune. La solution semble généralement jaunâtre. Si le navire est ouvert, le gaz s’échappe assez rapidement et une solution claire demeure. Plus la solution est claire, moins elle contient de dioxyde de chlore et plus l’effet de la solution est faible. Vous pouvez prolonger la durée de conservation en fermant le récipient et en le refroidissant (par exemple dans le réfrigérateur). Le CDS ne dure généralement pas aussi longtemps que le CDSplus.

Question : Je suis atteint de telle ou telle maladie ou de tel ou tel symptôme. Comment dois-je doser ou prendre le MMS/CDSplus ?

Excusez-moi, mais je ne peux pas, ne dois pas et ne veux pas répondre à cette question. Notre philosophie est de fournir à chacun les informations dont il a besoin pour prendre une décision pour lui-même et ensuite, si nécessaire, pour prendre une décision à sa place. de procéder à un auto-traitement au dioxyde de chlore sous leur propre responsabilité ou non. Nous ne voulons conseiller ou décourager personne ici, et nous ne voulons certainement pas prendre la décision de qui que ce soit. C’est le vieux raisonnement de la médecine orthodoxe : “C’est vous, le médecin, qui décidez ce que je dois prendre, quand et combien je dois prendre de quoi. Je ne suis que l’agneau sacrificiel.” Même les médecins trouvent ce système accablant pour eux la plupart du temps. Le dioxyde de chlore pris par voie orale a un effet à très large spectre et est généralement très bien toléré. Pour autant que je sache, personne n’a subi de dommages permanents jusqu’à présent. Les protocoles MMS-1000 et CDS-1000 sont tout à fait suffisants dans plus de 90 % des cas d’application, de la prévention à la maladie chronique en passant par l’inflammation moyenne. Le cas échéant. ils sont combinés avec des applications externes telles que les bains et les lavements. Pour les maladies mortelles comme le cancer, beaucoup utilisent également les protocoles 1000 ou 2000, mais augmentent souvent de 3 à 5 fois les doses quotidiennes de CDSplus. Tous les autres formulaires et protocoles d’admission ne sont nécessaires que dans de très rares cas. Le paludisme, par exemple, est l’une des rares maladies infectieuses pour lesquelles nous pouvons éliminer l’agent pathogène en seulement 4 heures en prenant une seule dose élevée (18 gouttes activées pour les adultes et 8 gouttes activées pour les enfants). Cette question n’est pas une question de connaissance, mais de responsabilité, c’est-à-dire de responsabilité personnelle !

Question : Qu’en est-il de mes “bonnes” bactéries intestinales ?

Si le MMS tue toutes les bactéries, alors il doit aussi s’attaquer à mes bonnes bactéries intestinales. C’est l’objection la plus courante contre la prise orale de MMS. Les rapports d’expérience condensés montrent cependant que le MMS ne nuit pas à la bonne flore intestinale, même en cas de prise continue plus longue. Nous n’avons pas d’explications scientifiquement prouvées à ce sujet, mais nous disposons de modèles explicatifs plausibles et logiques. Le dioxyde de chlore est un oxydant. Le peroxyde d’hydrogène et l’ozone sont des oxydants très puissants et peuvent détruire les cellules du corps ainsi que les bonnes bactéries. Le prochain oxydant plus faible est l’oxygène. Nos cellules et nos bonnes bactéries intestinales (1,45 volt) sont capables de retenir leurs électrons face à l’oxygène, un oxydant puissant. Sinon, chaque respiration tuerait plusieurs milliers de cellules dans notre corps. Le dioxyde de chlore est un oxydant beaucoup plus faible. Ainsi, si les cellules peuvent défendre avec succès leurs électrons contre un oxydant puissant, elles peuvent le faire encore plus contre le dioxyde de chlore, plus faible (0,95 volt). Cette force de retenir les électrons est aussi appelée potentiel redox. Il est intéressant de noter que la plupart des germes pathogènes (d’ailleurs, les germes pathogènes sont souvent anaérobies et n’utilisent pas d’oxygène) ont un potentiel redox inférieur à celui du dioxyde de chlore et sont donc attaqués en premier par le MMS. Dans les protocoles d’application du MMS, on ne recommande généralement que les concentrations auxquelles la bonne flore intestinale est maintenue.

Conclusion: Le dioxyde de chlore n’attaque pas les cellules du corps ni les “bonnes” bactéries !

Question : Avec le MMS, puis-je d’abord mettre de l’eau dans le verre, puis le NaClO2 et les gouttes d’activateur ?

Non, l’eau ralentit beaucoup la réaction ! Veuillez suivre exactement la séquence selon les instructions ci-dessus !

Question : Quelle quantité d’eau dois-je prendre pour une portion orale de MMS/CDS ?

Cela n’est pas pertinent. S’il y a 3 gouttes activées de MMS ou par exemple 1ml de CDS dans le verre et que vous buvez le verre, vous avez toujours pris la même quantité de dioxyde de chlore. S’il y a peu d’eau dans le verre, par exemple 100 ml, il a un goût plus prononcé. S’il y a beaucoup d’eau, par exemple 250 ml dans le verre, elle a un goût plus doux, mais vous devez boire plus de liquide.

Question : Quel est le rapport de mélange pour l’acide citrique à 10% ou 50% ou l’acide tartrique ou d’autres questions similaires ?

Cette question n’a plus de réponse, car nous n’avons retenu comme activateur que l’acide chlorhydrique 4-5 % le mieux toléré. Ici, le rapport est toujours simplement de 1:1.

Question : Avec quels jus de fruits, café ou thé puis-je prendre des MMS/CDS ?

En attendant, seule la consommation de MMS avec de l’eau potable pure est recommandée. Même dans les jus de fruits apparemment purs, de la vitamine C artificielle (généralement obtenue à partir de maïs génétiquement modifié) est ajoutée via des numéros E et étiquetée comme stabilisateur afin d’augmenter considérablement la durée de conservation des jus. Comme la vitamine C et le dioxyde de chlore s’annulent mutuellement dans leur effet, Jim Humble et le Dr Klinghardt ont récemment recommandé de ne prendre du MMS/CDS qu’avec de l’eau.

A tip: Qui a le goût et l’odeur du MMS trop fort devrait se tenir le nez avec le revenu ou passer au CDSplus, beaucoup plus compatible et au pH neutre.

Question : Il existe sur Internet des instructions pour neutraliser l’acide résiduel dans le MMS activé avec du bicarbonate de sodium, dois-je le faire ?

Non, entre-temps, nombreux sont ceux qui ont pris de nouveau de la distance par rapport à ce phénomène, car il peut nuire à l’effet du MMS. Le Dr Oswald recommande également de prendre une solution de bicarbonate de sodium comme antidote en cas de surdosage de MMS.

Question : Quand dois-je prendre du MMS et avec quels aliments plutôt que pas ?

Lorsque le MMS était encore pris en doses uniques peu nombreuses et élevées, cette question était importante pour une meilleure tolérance. Étant donné qu’avec le protocole MMS-1000 et/ou CDS-1000, des doses beaucoup plus faibles et jusqu’à huit fois par jour sont prises, il est maintenant relativement peu important de le prendre avant ou après le repas. Huit fois par jour à jeun ne serait alors possible que pendant une cure de jeûne. Je considère ma bouteille de CDS comme une boisson. Je ne me fais pas non plus la malle d’examiner chaque aliment pour savoir s’il peut limiter l’effet du MMS. Même si j’ai mangé un ananas une fois, l’effet d’une de mes huit doses par jour a été légèrement affaibli. Tout cela ne joue pas le moindre rôle dans ce protocole conçu pour 4 à 6 semaines. Alors dans ce cas, ne réfléchissez pas trop !

Question : Puis-je m’arrêter un moment au milieu du protocole 1000 ?

Oui, puisqu’il s’agit d’un programme de purification, vous ne mettez pas en péril tout le succès comme vous le faites avec les antibiotiques juste parce que vous avez dû faire une pause pour des raisons personnelles ou professionnelles. Retournez-y quand vous le pouvez.

Question : Les produits dans des bouteilles en verre sont-ils meilleurs que ceux dans des bouteilles en plastique ?

Au début du mouvement MMS, certains fabricants/fournisseurs avaient embouteillé du chlorite de sodium et l’activateur dans des bouteilles en PET (polyéthylène téréphtalate) par ignorance. Ceux-ci sont devenus fragiles et se sont fissurés avec le temps. Je ne connais aucun prestataire dans l’espace germanophone aujourd’hui qui commette cette erreur. Le PEHD (polyéthylène haute densité) est un matériau approuvé pour ces produits et la plupart des fabricants proposent donc également leurs produits dans des bouteilles en PEHD. Les bouteilles en HDPE ont l’avantage d’être très légères et surtout incassables. Cela est également très utile et important avec les alcalis et les acides comme ingrédients. Les vendeurs de bouteilles en verre donnent souvent l’impression que ces produits sont en quelque sorte plus propres ou plus sains. Il est important de savoir que les solutions de chlorite de sodium et d’acide chlorhydrique de qualité alimentaire sont toujours produites, stockées et fournies par l’industrie chimique uniquement dans des bidons ou des fûts en PEHD. Ce n’est qu’en remplissant à la fin chez le fournisseur dans des bouteilles en verre que la qualité n’est plus meilleure. Le Dr Andreas Kalcker a mis en garde contre les offres de DMSO, qui sont proposées dans une bouteille en verre avec une pipette en verre. Le piston de la pipette en verre est fait de caoutchouc ou de substituts de caoutchouc, qui ne conviennent pas tous pour DMSO. Ce piston se dissoudrait et les composants toxiques entreraient en solution avec lui et, s’il était traité par voie externe, seraient également introduits dans la peau. Ce serait également le cas de certaines CDL offrandes avec une pipette en verre qui ont un piston caoutchouteux. Pour l’administration à court terme de gouttes pour les yeux, les oreilles et le nez, l’utilisation de tels compte-gouttes à piston est tout à fait possible, mais la solution de dioxyde de chlore ne doit pas être stockée de façon permanente fermée avec un tel compte-gouttes.

Question : Pourquoi alors une bouteille en verre scellable est-elle toujours recommandée pour le Protocole 1000 ?

Les fournisseurs de produits à base de dioxyde de chlore sont désormais bien conscients de la différence entre le PET et le PEHD. Cependant, tous les profanes ne peuvent pas reconnaître cette différence immédiatement et font des erreurs, par exemple, s’ils veulent utiliser une bouteille de boisson en plastique vide à la maison. C’est pourquoi nous jouons la sécurité et recommandons une bouteille en verre scellable comme celle d’IKEA pour la dose quotidienne du protocole 1000 😉

Question : Qu’en est-il de la prise simultanée de NEM ou de médicaments et de MMS/CDS ?

Jusqu’à présent, nous ne connaissons aucune interaction entre le MMS ou le dioxyde de chlore et la vitamine C / bicarbonate de sodium, sauf pour la neutralisation mutuelle. Le Dr. Klinghardt recommande le matin jusqu’à 18h00 par exemple le protocole MMS-/CDS-1000 et donne après 3-4 heures donc de 21-22h00 tous les compléments alimentaires (NEM) et si nécessaire. les médicaments nécessaires. Comme le dioxyde de chlore n’agit généralement dans l’organisme que pendant une à deux heures avant de se décomposer en sel commun, en eau et en oxygène, cet intervalle de temps devrait être suffisant pour éviter des interactions jusqu’ici inconnues mais possibles.

Question : Puis-je prendre du MMS aussi avec des plombages en amalgame dans les dents ou une prothèse artificielle en métal dans le corps ?

Probablement en raison de la faible quantité et de la courte durée d’action, aucun dommage aux plombages, ponts, prothèses et implants dentaires en métal dans le corps ne nous a été signalé jusqu’à présent. Le MMS oxyderait par exemple le mercure libéré par l’amalgame en un sel métallique soluble dans l’eau, qui peut être excrété par les reins et l’urine. Le CDS ou le CDSplus semble être encore plus inoffensif que le MMS en raison de la valeur neutre du pH. Je suis seulement conscient qu’un avec des amalgames existants NE PEUT PAS rejeter des métaux lourds selon le Dr Mutter/Dr. Klinghardt est autorisé à le faire. Dans ce cas, de plus grandes quantités de métaux lourds comme le mercure peuvent être libérées, ce qui exercerait une pression supplémentaire sur l’organisme.

Question : Pourquoi ai-je de très fortes nausées, vomissements ou diarrhées dès la moindre prise de MMS/CDS ?

Ce phénomène est aujourd’hui rare et peut avoir des causes diverses. D’une part, une allergie au chlore très rare peut être présente. D’autre part, le corps peut être très germinatif et cette seule dose de MMS/CDS a tué beaucoup plus de germes que les autres personnes. Ensuite, cette forte concentration de déchets bactériens déclenche les effets secondaires dus à la surcharge des reins et du foie. Une autre cause peut être l’activateur si vous avez utilisé de l’acide citrique, de l’acide tartrique, etc. au lieu de l’acide chlorhydrique recommandé. Certaines personnes sont très suracidifiées et réagissent aussi très violemment à l’acide restant dans le MMS, ici on devrait plutôt passer au CDSplus au pH neutre. En dernier recours, vous pouvez avoir une infestation parasitaire. Les parasites réagissent très violemment au dioxyde de chlore, commencent à se multiplier massivement et, dans la panique, déversent leur contenu intestinal dans notre corps. Ces produits d’excrétion des parasites tels que l’ammonium, le formaldéhyde, l’histamine, la maniline sont des neurotoxines pour notre système immunitaire et peuvent donc déclencher de graves effets secondaires. Ici, un traitement contre les parasites serait indiqué, par exemple celui du Dr Andreas Kalcker (voir le livre “Back2Balance”).

Retour haut de page