COVID-19 : virus ou venin de serpent ? Partie 2 + 3

Résumé des vidéos d'Andreas Kalcker :

  1. La pandémie Covid n’est pas provoquée par un virus naturel ou mutant.
  2. Il s’agit plutôt d’enzymes/protéines de venins de serpents comme le cobra royal.
  3. L’enzyme PLA2 a été trouvée dans tous les vaccins et brevets, y compris dans le Remdesivir, un médicament autorisé mortel et toxique contre le COVID-19.
  4. Dans un premier temps, une pandémie apparente, sans malades ni morts, a été créée artificiellement par les seuls médias de masse.
  5. Avec la peur, les gens ont été poussés vers la solution apparente, les vaccins.
  6. Dans le vaccin se trouve une technologie ARN-m qui pirate l’ADN de la personne vaccinée et y introduit un code. C’est le code des enzymes du serpent. Les mitochondries de la personne vaccinée commencent alors à produire ces protéines en grande quantité. Il s’agit de ce que l’on appelle les protéines spike. Ces protéines de pointe déclenchent alors des tempêtes de cytokines, un excès d’histamine avec pour conséquence des maladies auto-immunes, des agglutinations du sang avec pour conséquence des thromboses ; des myocardites et des embolies. La saturation en oxygène chute de manière dramatique.
  7. Lorsqu’un tel malade “COVID” arrive à l’hôpital, il est alors traité avec le seul médicament autorisé, le Remdesivir. Mais il s’agit également d’un dérivé de venin de serpent qui renforce les symptômes de la maladie.
  8. Maintenant, le patient a une saturation en oxygène encore plus mauvaise et il est intubé et placé sous respiration artificielle. Comme personne ne supporterait d’avoir un tube dans la trachée, il faut ici aussi administrer une forte sédation. Pour cela, on utilise des médicaments qui aggravent encore les symptômes et cela conduit à la mort du patient.
  9. Ici, une cascade de mesures délibérément erronées entraîne donc une mortalité massive dans les unités de soins intensifs.
  10. Le taux sanguin de D-dimères est extrêmement élevé chez tous les patients vaccinés et traités par le Remdesivir. C’est exactement la même chose pour les personnes qui ont été empoisonnées par du venin de serpent.
  11. Les autopsies de personnes mortes de COVID traitées de la sorte ont toujours révélé des symptômes d’empoisonnement évidents.
  12. Outre l’oxyde de graphène, il semble que des cristaux de magnétite et des puces Bluetooth soient également présents dans les vaccins. Le but n’est pas d’empoisonner la personne vaccinée avec une forte dose de venin ou d’enzymes de serpent. Au lieu de cela, un biohack de génie génétique a lieu sur le génome humain. Grâce à la technique de l’ARNm, les cellules sont amenées à produire en masse l’information “virale”, c’est-à-dire l’ADN de l’enzyme du venin de serpent. La personne vaccinée produit donc au fil du temps sa propre dose mortelle de poison. C’est raffiné !
  13. Lors de tests en laboratoire, l’équipe de chercheurs dirigée par Andreas Kalcker a pu démontrer que les vaccins contenaient effectivement des puces qui, à proximité d’appareils téléphoniques mobiles, se signalent comme des émetteurs Bluetooth avec un identifiant unique au monde. Ainsi, chaque personne vaccinée, tout comme les animaux d’élevage, a été dotée d’un identifiant numérique reconnaissable et traçable. Bien que la version la plus puissante de Bluetooth n’ait qu’une portée de 150 mètres, il est possible de trouver des numéros Bluetooth dans un téléphone portable, seul dans un cimetière, le soir. En particulier à proximité des tombes qui ont été créées après 2021. C’est macabre, mais tout le monde peut le vérifier.
  14. En outre, le groupe de chercheurs dirigé par Andreas Kalcker a mesuré l’intensité du champ magnétique normal chez des personnes en bonne santé et chez des personnes non vaccinées. L’intensité du champ magnétique des personnes vaccinées était plusieurs fois supérieure et plus élevée au niveau du bras vacciné chez les personnes récemment vaccinées.
  15. En outre, les chercheurs ont mesuré l’intensité du champ magnétique APRÈS l’ingestion orale de dioxyde de chlore. Ces valeurs étaient plus faibles.
  16. Les personnes atteintes de magnétisme humain peuvent donc s’en débarrasser.
  17. L’extrême augmentation des cas d’hépatite C chez les enfants semble également y être liée et peut également être traitée avec succès par le dioxyde de chlore.

Mesures pour la survie en 2022/2023

– ne plus autoriser les vaccinations !!!

– n’autorisent plus d’autres vaccinations, car la confiance dans une médecine officielle aussi délibérément satanique est perdue !!!

– ne pas utiliser Remdesivir !!

– ne pas autoriser la respiration artificielle !

– si possible, ne prendre aucun médicament de la médecine traditionnelle, car on a trouvé dans certains d’entre eux de l’oxyde de graphène et les puces Bluetooth. Qui sait ce qu’il y a d’autre à l’intérieur ?

– Une cure de CDS de plusieurs mois selon le protocole C (c’est-à-dire 20 à 30 ml de CDS (solution de dioxyde de chlore à 3.000 ppm) pour 1 litre d’eau et à boire en 10 portions réparties sur la journée) peut neutraliser à nouveau ou guérir les symptômes d’intoxication des vaccins COVID, le shedding, le magnétisme humain et l’émission de puces Bluetooth.

Prochainement, un nouveau film espagnol“BlueTruth” sortira sur ce phénomène Bluetooth des numéros de série humains.

Retour haut de page